28 juillet 2014

Envoyer un collaborateur  en formation est un acte important.

Pour trop de participants, cela peut -être vécu comme un dû, une perte de temps, une obligation…

Pour l’entreprise, c’est un investissement en argent et en temps. Et la mesure du retour sur investissement (le fameux ROI !) devient de plus en plus sensible.

Le formateur n’est pas un professeur, et c’est pour cela que le concept de faire du participant un « particip’acteur » prend une dimension importante afin de favoriser le retour sur investissement.

Trois niveaux d’évaluation vont être à prendre en compte pour réussir cela :

  • évaluation des acquis : quel est le point de départ des collaborateurs ? Bien sûr cela demandera un travail de la part de l’entreprise pour identifier et construire des groupes homogènes mais aussi de la part du consultant afin de proposer un questionnaire pertinent pour déterminer ce niveau de départ.
  • évaluation du transfert : quel va être le transfert dans l’action de la formation ? Toute la pédagogie mise en oeuvre pendant la formation devra favoriser ce transfert et la notion de « particip’acteur » est une des clés fondamentales pour réussir cela !
  • évaluation de l’impact : quels résultats de la formation ? Construire un programme de formation demandera donc d’être capable d’identifier les indicateurs utiles afin de mesurer le transfert et l’impact de la formation, et donc en préalable à l’action de formation de faire un travail de Co-construction avec le consultant pour déterminer les indicateurs pertinents.

Bonne réflexion à tous.

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12